three

don't wait too long ...
Comme beaucoup d'étrangers de Pékin, j'ai posé mes paquets à l'Est de la ville, dans le district de Chaoyang. A l'époque pour être proche de mon lieu de travail, car il faut bien le reconnaître, la plupart des entreprises étrangères se situent dans cette zone, ce qui a pour effet de déplacer le centre ville économique de la ville, à l'Est. Seulement voilà, les plus jolis quartiers, ceux qui survivent au milieu des pelleteuses, sont plutôt à l'Ouest, et autour du centre historique de la ville, la Cité interdite, qui elle, est bien au centre géographiquement.
Même si quelques hutongs (petites rues traditionnelles où les Pékinois vivaient et vivent encore pour certains, en communauté, dans les maisons à cour carrée, les siheyuan) sont préservées et retapées pour garder à Pékin quelques souvenirs des temps passés, des quartiers entiers de hutongs sont détruits chaque jour, pour faire la place à de nouveaux centres commerciaux luxueux, qui il faut bien l'admettre, manquent cruellement ici (c'est de l'humour).
Donc, personnellement, dès qu'il fait beau, et que la pollution permet de voir à plus de cent cinquante mètres, et qu'il est possible de pratiquer la respiration naturelle par le nez, je prends mon vélo, et je file tout droit vers l'Ouest, me perdre dans les ruelles bleues et grises. Ma dernière balade, dans la cité tartare m'a enchantée. Je vous recommande particulièrement Hucang hutong, que l'on prend par Dianmen Xidajie, côté nord. Son petit marché est un régal, pour le nez, et les papilles. Faites aussi Deshengmen Neidajie, et prenez n'importe quelle hutong vers l'Est, et perdez-vous. Vous n'êtes plus très loin des lacs, Qian hai, Hou hai ...
Combien de temps pourrons-nous encore en profiter ?