080808

Premières impressions de cette étrange journée.

Alors non, ils ne sont pas tous terrés chez eux tremblant de peur attendant que la menace terroriste frappe. Tout autour de la place Tiananmen, et dans le quartier de Qianmen rouvert hier après des années de travaux, ils sont des milliers à attendre que les feux d'artifice soient lancés. Bandeaux rouges autour de la tête, autocollants sur les joues en forme de cœur rouge étoilé, et bien sûr les deux petits drapeaux accrochés dans les cheveux ou brandis dans chaque main, celui du drapeau chinois, et celui des JO.

L'attente. Ni plus, ni moins chaude que dans une salle d'attente à vrai dire, on attend. Pas de musique. Pas de stations crêpes. Pas d'odeur de pop corn ou de barbe à papa. La fête ils la feront plus tard, entre eux. Les cars de police passent et repassent. Le boulevard de Gongtibeilu et les rues qui entourent les stades des Travailleurs, sont en état de siège, une voiture est inspectée, dessus, dessous, dedans, sur les côtés.

Le reste de la ville, ou en tout cas ce que j'en ai vu, est tout bonnement désert comparé au flot habituel de passants.

Bon je vous laisse, je retourne me plonger dans cette ambiance de fête qui déchire tout ! Il est 19h. La cérémonie commence dans une heure.