tongyigemengxiang

   

Attention, un intrus s'est glissé dans cette image. Saurez-vous le retrouver?
Facile !

Philippe Richard, le Chantal Goya des petits Pékinois, n'est pas homme à se laisser abattre. Même par une bande de cinq fuwawa* enragées. Animateur, chanteur pour enfants, ce Français de Pékin de longue date est certes le premier - voire le seul - chanteur français (et étranger se plait-il à rappeler) à pousser la chansonnette dans la langue de Mulan, sur le sol chinois. Gravement enfuwawaté, il semble être tombé dans la marmite de la grande lessive des cerveaux, et ne s'est pas fait prier (ni payer) pour composer, interpréter et enregistrer à ses frais, un hymne à la JO(ie), intitulé "L'année 2008, ma fierté pour toujours". Quand on aime, on compte pas.

ONE WORLD, ONE DREAM
Tong yi ge shijie, tong yi ge mengxiang
UN MONDE, UN REVE
Tong yi ge shijie, tong yi ge mengxiang


lalalalala

Le gouvernement chinois, dans sa grande reconnaissance et sa grande bonté, ne l'a pas autorisé en échange de cette publicité gratuite, à enregistrer son vidéo clip où il voulait (en haut d'un immeuble surplombant la ville), lui qui a en outre, été désigné responsable des annonceurs en langue française pour les jeux. Quand on aime, on pardonne. (Moi je dis, le canard laqué a parfois une gueule de dindon farci. Bref)

Qu'à cela ne tienne, Philippe a kidnappé cinq petits nenfants chinois (euh ... Philippe, les fifilles ne sont-elles pas très peu représentées dans ton casting ? hmm ? c'est une affaire de mec la chansonnette fuwawa ?) pour les faire poser dans son clip.

sparadrapsOlympiquesEt si ce tube vous casse la tête, j'ai un remède imparable : le sparadrap fuwawa. Invention géniale des laboratoires Johnsons qui sonnera le glas de la cerise peinte au mercure au chrome, le sparadrap fuwawa guérit tous les bobos ... attention, pour certains, il est cependant peut-être trop tard. En vente chez Watsons.

*mascotte des JO