traficSamedi, temps de pause après une semaine marathonienne. Levée à .. euh... bof, déjeuné à l'heure du goûter, c'est bon de traîner un peu quand même. Mails, Internet, blog ... tiens, et si je faisais un peu la poussière ?

Ça commence toujours comme ça le grand ménage avec moi, je repère une petite bouloche sur un coussin, et ça se termine en tornade blanche du sol au plafond.

Aujourd'hui j'ai fait le ménage dans mes liens. Aïe. Certains d'entre vous sont partis dans le ventre de l'aspirateur. Ceux qui ne disent plus rien depuis un an au moins, ceux auxquels je n'accède plus, même par un proxy, ceux qui disent clairement qu'ils ne repasseront plus par là*. Certains, dormant depuis plus d'un an, sont restés, parce que je les aime, comme Shanghai Pagaille, ou le Journal photographique.

Des nouveaux arrivent, il faut leur faire la place. Les plus observateurs auront peut-être repéré deux nouvelles adresses parmi mes chouchous. etoileBuy buy Beijing, dont la bannière me plait vraiment beaucoup, est un des blogs les plus originaux que je connaisse. Anglophone, il publie des conversations, et minis interviews de Chinois au sujet de produits qu'ils achètent ou vendent. C'est frais, instructif, divertissant, un blog qui a un petit côté décalé charmant.

Il fallait le faire, etoileStylites in Beijing l'a fait. Pas facile pourtant de reprendre le concept de l'excellent Sartorialist, le blog au succès fulgurant et mérité qui présente un inventaire vestimentaire en photos d'inconnus bien lookés croisés dans la rue ou aux sorties de défilés. Sur Stylites les photos sont souvent floues, les looks pas toujours incroyables, et pourtant le plaisir est grand de parcourir tous ces portraits de gens qui vivent à Pékin. Ces deux blogs prouvent une chose : l'habit ne fait peut-être pas le moine, mais il fait voyager.

En parlant de moine, je sais que certains se demandent pourquoi la triste actualité n'est pas abordée ici. Mon ménage sur le blog m'a permis de constater avec regret que 98% des sites que j'ai listés sont bloqués en Chine. Le service que j'utilise est un des rares a être encore accessibles, ce serait bien s'il pouvait le rester encore un peu, non ? On ne dit pas ce qu'on veut ici, et certains reconnaissent qu'ils n'auraient pas abordé le sujet s'ils étaient encore sur le sol chinois. Peut-être aussi que ces événements me troublent trop pour que j'arrive à en parler calmement, et je n'aimerais pas que mes propos soient mal interprétés.

J'ai lu ce matin l'etoilearticle d'Olivier, l'auteur de Blog en Chine, qui exprime à mon sens de la façon la plus juste, le mur d'incompréhension qui nous sépare, les Chinois et "nous", les autres, les Occidentaux. Olivier, pourtant parfaitement bilingue et intégré, reconnaît modestement qu'il lui est difficile d'expliquer ce "gouffre" qui nous éloigne les uns des autres. J'aime cet article qui aborde de façon posée, presque dépassionnée, un sujet grave sur lequel de nombreuses personnes se perdent et s'engouffrent dans des débats sans fin, agressifs, étouffant parfois les espaces de commentaires de blogs qui ne demandent qu'à respirer.

Alors je préfère vous raconter des histoires de tabourets, pardon, de mazha, de troupe d'artistes handicapés ou de pense-bêtes chinois, qui sont aussi pour moi l'occasion de faire passer quelques messages, qui j'espère, ne laissent aucun doute sur ma détestation de certaines pratiques locales.

Sur ce, allez voir ailleurs, c'est tellement bien.

*je veux dire "par leur blog"