Ybazaar2On a toutes, tous, en tête, la silhouette évanescente et longiligne de Maggy Cheung dans le film In the Mood for Love, dans ses défilés de qipao toutes plus belles les unes que les autres. Ces robes cousues sur elle dans des tissus de soie aux imprimés tantôt fleuris, tantôt unis. On rêve toutes d'en avoir une qui soit la notre, unique.

Au cours d'une de mes multiples balades à vélo dans Pékin, je passais l'autre jour sur Chaoyangmen Neidajie, et mon regard à l'affût s'est arrêté sur ce bâtiment gris de type chinois, à deux niveaux, visiblement un marché. Je rentre, et là je m'aperçois que je suis ni plus ni moins, en plein marché Saint-Pierre, ce marché parisien du tissu, au pied de Montmartre.

Tout y est. La soie, le cachemire, le coton, le batik, les imprimés kitch grosses fleurs, les tissus pour les rideaux, les tissus pour les costumes, le strass, les paillettes, les boutons, ... tout. Plus de choix qu'au Yashow et au Silk Market réunis, sans les vendeuses qui vous agrippent et ne vous lâchent plus, sans les cars de touristes.

Je déambule dans les rayons, caresse les tissus en rêvant d'une robe - purée, deux ans que je suis là et j'ai toujours pas ma qipao ! Evidemment au bout d'un certain temps je suis repérée et une vendeuse vient finalement me voir.

- C'est un joli tissu pour une qipao !
- Hmpf ... moui ... je regarde ... merci

Souvenirs. Maggie Cheung un soir va chercher son bol de nouilles dans la moiteur estivale des rues de Hong Kong, elle croise Tony Leung dans l'escalier. Purée il me faut une qipao, c'est limite une faute de goût de pas en avoir, merde !

- euh juste pour savoir ... à votre avis il me faut combien de tissu pour une qipao courte, juste pour savoir ?
- 1,60m.
- oh. si peu ?

Et voilà. Je suis foutue. J'ai posé une question. J'ai fait un pas en avant vers la qipao, je suis engagée dans le processus de la qipao, je vais sortir de là avec un bon de commande et des sous en moins.
Ensuite, je ne me rappelle plus de rien. Enfin presque. Consultation d'un album de photos avec différentes coupes de robes, des rouleaux de soie, le choix des boutons, un mètre couturier qui court sur moi et me mesure sous tous les angles : des épaules à la taille, de la taille aux genoux, tour de poitrine, tour des hanches, tour de taille, tour des bras, de l'épaule à l'arrêt de la future manche ... la couturière effectue une pression sur mon épaule et me demande de me tenir droite.

- Ton épaule gauche est plus haute que la droite !
- Et t'as pas vu mes oreilles !

Tout est noté sur un bout de papier rose, la qipao se concrétise, se dessine sur le bon de commande, et surtout dans ma tête. Ma première robe sur mesure. Personne d'autre que moi ne pourra (et surtout n'aura le droit, non mais oh) de la porter. Suis toute émue.

Soie du Xinjiang, muslim silk, ça tombe bien, c'est ramadan. Marron chocolat, imprimé marron chocolat, avec des petits boutons (trois séries de trois, 9 en tout donc, chiffre porte bonheur) en bronze sur le devant. Coupe et imprimé non conventionnels, nous verrons bien.

Premier essai cette semaine. Bientôt, j'ai rendez-vous avec ma robe. A moi le bol de nouilles, à moi Tony Leung.

C'est où ?
Y-bazaar
Chaoyangmen Neidajie
au niveau de l'arrêt Dongsilukoudong des bus
101, 112, 109, 420 et de la future station de métro Dongsi.