ExpoGamma2Dimanche matin, temps brumeux sur l'imposant Taimiao, le palais des ancêtres qui jouxte la Cité Interdite, et qui fut récemment rouvert après des mois de rénovation.

C'est ici que Gamma a choisi d'inaugurer son exposition rétrospective, "les 40 ans de Gamma". 40 années de photographie de reportage, 40 années d'événements tragiques ou heureux, surtout tragiques, l'agence étant spécialisée dans les conflits. Une exposition qui voyagera ensuite dans d'autres capitales. L'occasion aussi pour le président de Gamma, d'annoncer l'ouverture d'un bureau Gamma à Pékin.

Et comme pour toute entreprise qui s'implante, un partenaire local s'impose. Le discours bilingue français chinois de l'Ambassadeur de France, enrhumé mais heureux, sensible aux échanges culturels qui lient depuis longtemps la Chine et la France, fut donc suivi du matraquage discours de M. Lu Wei, vice-président de Chine Nouvelle, le partenaire local (qui semble bien tenir la culotte dans cette affaire ceci étant dit entre nous).

J'en profite pour vous donner un conseil : si vous cherchez quelqu'un pour animer un dîner, évitez M. Lu Wei. M'est avis que son humour se limite à cacher le petit livre rouge de son camarade de bureau derrière le tome XP12-7839 des comptes-rendus de comité de réunions officielles et officiellement emmerdantes du parti pris de pas en rire.

Que les choses soient claires. Pour que l'Agence Gamma réussisse et prospère en Chine, ça n'est pas compliqué, il n'y a qu'à écouter M. Lu Wei. "Les photographes de l'agence seront recrutés selon les lois chinoises. Et toutes les photos que l'agence produira devront respecter les lois chinoises. C'est très simple."

Je vous la fais courte car l'expression "lois chinoises" a été prononcée vingt fois.

Et au cas où le message ne serait pas bien passé, il suffit de prendre exemple sur l'exposition rétrospective de Gamma (qui a du on s'en doute remballer quelques clichés qui ne respectaient pas la loi chinoise, coquins de photographes !). C'est très simple. En fait depuis 40 ans, tous les conflits se sont trouvés être concentrés sur la terre entière à part ... euh ... ah oui, à part la Chine. Bon ok, je suis mauvaise langue, car il y a bien six photographies illustrant un conflit au sein de la communauté des femmes aux cheveux longs du Yunnan. L'une d'entre elles, on le voit bien sur les images, a laissé tomber son peigne dans la rivière alors qu'elle lavait son linge, et sa voisine a fait style "ouiiiiii euuuuuh, je l'ai vu passer par là" en lui indiquant une direction différente, car en fait, la chipie l'avait caché dans sa poche. Bon, c'est quand même pas sa faute à Lu Wei, s'il ne s'est rien passé d'autre en 40 ans ici hein.

On imagine aussi que l'accrochage et les vignettes de légende n'ont pas été gérés par Gamma. Certaines photos ne sont pas légendées, d'autres sont posées, bancales et sans aucun soin sur de vieux radiateurs poussiéreux. On est content de savoir que l'exposition déménage dans quelques jours au Centre Culturel Français, où les photographies recevront certainement un bien meilleur traitement.

A voir. Avec du recul.

Les 40 ans de Gamma
A Pékin du 16 au 18 septembre, Taimiao (Temple des ancêtres, entrée par Nanchizi)
Puis du 21 au 28 septembre au Centre Culturel Français