S'il y a bien un endroit dans Pékin qui m'angoisse particulièrement, c'est Yashow. Yashow ? "Bé ça n'a pas l'air méchant comme nom" me direz-vous, "c'est un magasin de jouets ?" 
Oh que si c'est méchant Yashow ... et en plus c'est quasiment incontournable si vous êtes Pékinois. Yashow, c'est le temple de la contrefaçon. Le supermarché du faux. L'hyper de la copie. C'est aussi le royaume du marchandage, de la discussion qui n'en finit pas s'il l'on veut repartir avec toute sa fierté (de ne pas avoir payé trop cher un sac en plastique qui va vous lâcher dans un mois) et un porte-monnaie pas tout à fait vidé.
Pas étonnant donc qu'à l'intérieur se joue la Comedia del Arte. Tout un tas de drames psychologiques ont lieu dans les rayons des sacs, des chaussures, des tee-shirts, même à la cafétaria du dernier étage ... et j'en passe. Les arguments des clients pour faire baisser le prix, et ceux des vendeuses pour les maintenir le plus haut possible, rivalisent de débilité et d'absurdité.

- "Ecoute, je te donnes mon prix le plus bas, parce que tu es jolie et que tu parles chinois"
- "Arrête ton char, je suis pas une américaine! Je suis française! Tu sais les français sont pauvres en ce moment!" ... oui je sais, j'ai honte ...
- "Bon allez, mon dernier dernier dernier prix et on en parle plus, parce que t'es champion du monde et que tu connais Dzitané (Zidane)"
- "Promis, si tu me le fais à 50 je te fais une pub d'enfer dans mon blog" ... jamais utilisé ...

Parfois je suis bien obligée d'y aller, pour des tongs, des tops sympas abordables ... et dernièrement pour un sac bandoulière Chléo, qui ne passera pas la douane bien évidemment. Je suis ressortie tellement lessivée et stressée que j'ai failli jeter le sac aux ordures, de rage.

Allez, sans plus attendre, passons-nous le film de la comédie de Yashow.
Et si Patate (le nom de ma plateforme vidéo) ne marche pas chez vous, téléchargez la vidéo en cliquant ici.


 

Durée : 2'